* Commentaires *


Écrire commentaire

Commentaires: 14
  • #1

    Jessy (lundi, 02 mars 2015 16:54)

    Votre article est très intéressant, il est vrai en tout cas pour ma part que je refoule ce qui peut montrer mes failles, des traumatismes durant l'enfance. Je n'entrerai pas dans les détails mais j'ai conscience de tout cela et je sais ce qui me fait souffrir sans pourtant arriver à trouver une solution.

  • #2

    paulineodin (lundi, 02 mars 2015 21:08)

    Je vous remercie pour votre retour. Si vous ne trouvez pas, pour l'instant, de solution, c'est parce que la prise de conscience et le fait de comprendre la cause (ou les causes) de vos problèmes, ne vous suffisent pas pour surmonter vos traumatismes passés. Des outils complémentaires (adaptés selon votre problématique : sophrologie, hypnose, mindfulness, EMDR, psychologie positive etc.) me paraissent donc nécessaires et complémentaires à votre travail analytique. Ces techniques vous permettront de réussir à gérer votre problématique pour parvenir à un état de mieux-être.

  • #3

    C.R. (mardi, 03 mars 2015 16:21)

    Merci beaucoup.. Bravo pour la revue psy.. Très intéressant! Je suis suivie depuis des années, beaucoup de traitement... Impossible de me détendre. Ce que je ne comprends toujours pas, et ce n'est jamais expliqué nulle part, c'est pourquoi l'anxiété, l'angoisse, ou le tag comme on dit, surgit à n'importe quel moment. Je suis par exemple en train d'écouter un concert, c'est un chouette instant, belle ambiance et tout et vlan, sans aucune raison, oppression qui monte, et tout le toutim habituel, obligée de prendre un anxyolitique! Si un jour vous publiez sur ce sujet, ....

  • #4

    paulineodin (mardi, 03 mars 2015 19:34)

    Car une des "parties inconscientes" de votre cerveau prend le dessus à certains moments. C'est à dire qu'une des parties inconscientes de votre cerveau s'exprime avec son propre langage (dans votre cas ce sont les angoisses), sans que vous n'ayez un quelconque contrôle dessus, ni même d'explication logique à la venue de ces montées d'angoisse. Je pense que vous avez des fortes angoisses (sûrement dues à des traumatismes non résolus) qui sont logées dans cette partie du cerveau et que c'est donc à ce niveau là qu'il faut les traiter. Peut-être pourriez vous essayer des techniques qui agissent en profondeur comme la sophrologie ou l'hypnose et/ou la technique de l'EMDR ((Eye movement desentization and reprocessing) qui est adaptée pour traiter les traumatismes.
    Je vous remercie pour votre retour et j'écrirai prochainement un article sur le fonctionnement "des différentes parties" du cerveau pour tenter d'éclairer mes propos.

  • #5

    Pierre (mardi, 16 juin 2015 23:59)

    Je tombe sur votre blog un peu par hasard.
    Très clair et sujet traité sous un angle très intéressant.
    J'ai aimé l'utilisation des exemples qui supportent le développement des idées.

  • #6

    paulineodin (mercredi, 17 juin 2015 09:47)

    Je vous remercie Pierre.

  • #7

    E.T. (mardi, 07 juillet 2015 08:50)

    Bonjour, bravo et merci pour cet article très intéressant sur les émotions "qui dérangent".

  • #8

    paulineodin (mercredi, 08 juillet 2015 09:38)

    Merci beaucoup E.T.

  • #9

    Mae (mardi, 21 juillet 2015 19:17)

    Bonjour,

    Ce que vous avez écrit est vrai. C'est ce que je ressens actuellement.
    Quand on décide d'extérioriser ses sentiments, sur le coup on se sent pas très bien, mais sur le long terme on se sent mieux.

  • #10

    Cyril (vendredi, 25 septembre 2015 22:33)

  • #11

    FEDELI (lundi, 02 novembre 2015 15:54)

    Madame, j'apprécie la pertinence de votre approche; j'ai en effet pu mesurer tout au long de ma vie -j'ai plus de 50 ans- l'impact de mes émotions mal gérées. Je me croyais très -trop- sensibles mais je me suis aperçu avec le temps et le soutien d'un de vos confrères combien je n'étais pas singulier mais qu'il importait pour moi de mieux m'accepter et en particulier de mieux gérer mes émotions. J'ajoute que la mise en évidence de cette problématique, me concernant, m'a permis très rapidement d'être beaucoup mieux, même si du travail a été nécessaire ensuite pour ancrer sur la durée une sérénité épanouie.
    Je me permets de vous suggérer d'inciter les personnes même très jeunes à s'intéresser à votre approche. De mon coté j'ai laissé filer, un peu, le temps
    Bien à vous
    J-Paul

  • #12

    paulineodin (jeudi, 05 novembre 2015 08:27)

    Merci beaucoup J-Paul pour ce retour et pour votre partage. Bien à vous

  • #13

    Pierre (mercredi, 30 août 2017 17:25)

    Très intéressant comme approche.
    On ne pense pas à accueillir ses émotions, mais plutôt à les "éliminer", ce qui effectivement ne fonctionne pas.
    Je pense à cette maxime : "ce à quoi tu résistes persiste".

  • #14

    Gabriel (dimanche, 18 février 2018 09:08)

    J'ai beaucoup apprécié votre approche, merci.



Écrire commentaire

Commentaires: 8
  • #1

    Sylvie Raout Rigaumont (mercredi, 17 juin 2015 11:24)

    Impressionnant

  • #2

    Guillaume Malvoisin (mercredi, 17 juin 2015 13:32)

    Bonjour, très intéressante votre publication!!! Vous travaillez avec vos patients sur la confiance en soi ?

  • #3

    Brigitte (mercredi, 17 juin 2015 16:41)

    Merci beaucoup pour cet article intéressant et enrichissant. Et c'est en plus très bien écrit !
    Merci aussi de pouvoir nous donner quelques clés de compréhension et surtout accessibles ! On n'ose pas toujours consulter un psy directement pour ce genre de questions...

  • #4

    Pierre (mercredi, 17 juin 2015 23:09)

    Effectivement, impressionnant. Et une fois résigné, on ne se révolte plus !!

  • #5

    paulineodin (jeudi, 18 juin 2015 10:32)

    Bonjour à tous, je vous remercie pour vos retours.
    @Guillaume Malvoisin : Oui, quand il s'avère que c'est nécessaire et bénéfique, je travaille sur l'estime de soi et la confiance en soi avec mes patients.

  • #6

    Bob royau (jeudi, 18 juin 2015 14:58)

    Merci beaucoup pour cet article. Cela aide à comprendre pourquoi l'estime de soi est en chute libre chez les personnes qui se retrouvent au chômage...culpabilité, sentiment d'inutilité, d'exclusion, d'infériorité, etc etc...Pas évident de retrouver l'estime de soi.

  • #7

    Alice (lundi, 29 juin 2015 11:26)

    Très intéressant !

  • #8

    LO (vendredi, 25 septembre 2015 09:05)

    Ok je comprends mieux certaines choses maintenant... et pourquoi je me sens si nulle et surtout devant les autres... Merci pour ces explications!